France Ô & France 4 : On profite… et on jette !

France Ô & France 4 : On profite… et on jette !

Janvier 2020 : France Télévisions précipite la fin de deux de ses chaines.

 

Décidément, ça devient une habitude à France Télés : les salariés apprennent leur avenir…dans la presse !

A croire qu’il n’y a pas assez de chefs et de hauts cadres dans cette entreprise et surtout des patrons de pôle et d’antennes pour avoir le courage de venir informer les personnels droits dans les yeux, d’abord dans les instances représentatives des personnels (les fameuses IRP) comme il est convenu de le faire et surtout de droit puis en assemblée des personnels.

A croire surtout que la direction de FTV est d’une lâcheté sidérante et d’un mépris incroyable : « on décide, vous exécutez et surtout vous fermez vos gueules ! »

On a vu le résultat pour le Soir 3 par exemple : le projet alternatif sur la chaîne info est loin, très loin, d’égaler l’original! Et ce n’est pourtant pas faute d’avoir été dit en amont par certaines organisations syndicales !

Bis repetita…

Après ceux du Soir 3 l’an passé, c’est donc au tour des salariés de France 4 et France Ô de découvrir, cette fois-ci via une dépêche de l’AFP en date du 3 janvier dernier, que leur chaînes respectives seront éteintes définitivement le 9 août prochain. En plein mois d’août, histoire que la plupart d’entre eux soient absents.

Sans doute « une délicate attention » de la Direction générale qui veut ainsi éviter aux salariés, dont beaucoup seront en grandes vacances, d’assister à l’agonie et la mise en bière de leur instrument de travail. Un enterrement par conséquent dans une sorte d’anonymat médiatique et national puisque la France, à cette période de l’année, est en grande partie en mode pause estivale.

Cette annonce via l’AFP a particulièrement  stupéfait les salariés de France Ô et du site de Malakoff. Et pour cause : ces derniers avaient été informés, via le CSE d’établissement d’octobre dernier, que l’arrêt de la chaîne des Outre-mer était programmé le 7 septembre 2020, soit à la rentrée. Histoire que la plupart soient rentrés de congés pour vivre ensemble l’événement et faire corps, même dans l’épreuve, malgré le sentiment de subir une décision qu’ils jugent honteuse et injuste. « On gagne ensemble, on perd ensemble / On fait ensemble, on meurt ensemble »…

Cette décision et cette annonce émanant de la direction générale de FTV semble donc se faire sans, voire contre la nouvelle directrice générale du Pole Outre-mer ;  Sylvie Gengoul n’en ayant pipé mot lors de son message de Noël daté du 24 décembre dernier qu’elle a adressé à l’ensemble des personnels de France Ô et des chaines 1ère. Pourquoi ?…

Que nenni…

La présidente de France Télévisions a donc décidé de se débarrasser des deux chaines comme d’une vulgaire éponge : « j’ai besoin de toi, je me sers de toi. Plus besoin de toi : poubelle ! »  Car c’est bien de cela dont il s’agit. Pour rappel, les deux chaines ne doivent leur « salut » en 2020 qu’aux Jeux Olympiques d’été de Tokyo en participant à leur diffusion en France et aux succès d’audiences de FTV comme les éditions précédentes. Et après : poubelle ! Ecran noir ! Le soir même de la fin des épreuves !

Quel mépris pour ces deux chaines, quel mépris de leurs salariés, quel mépris à l’égard de leurs publics : principalement les jeunes (et leurs parents !) ainsi que les ultramarins et toutes celles et ceux passionnés, intéressés, curieux des Outre-mer.

Et quel mépris EGALEMENT pour les personnes handicapées : en fermant les deux chaines le 9 août, la direction de FTV réduit considérablement la visibilité du sport paralympique sur France Télévisions puisque les épreuves handisport se dérouleront quelques jours plus tard, entre le 25 août et le 6 septembre. Là encore, une décision insultante aux missions de service public que se doit de remplir France Télévisions !

Et dire que cette même direction générale se gausse toute l’année en interne comme à l’extérieur de l’entreprise de mettre en avant sur les antennes de France Télés les fameuses minorités… «A France télés, on est des champions ! » Et les salariés de France 4 et de France Ô de rétorquer : « La preuve par l’image, ou plus exactement la non image… des paralympiques sur France 4 et France Ô ! »

Décidément, Mme Ernotte-Cunci poursuit son management sans (voire contre !) les salariés du groupe qu’elle dirige.

Une fois de plus, le SNPCA-CGC s’interroge : « Comment une entreprise peut-elle avancer et se développer quand ses dirigeants agissent contre les salariés ? »…

Pour nous, la réponse est évidente : « Ce n’est pas possible ! »

Alors, à l’aube de cette nouvelle année et face à ces nouvelles décisions managériales hallucinantes de la direction de FTV, difficile pour le SNPCA-CGC de souhaiter une belle année 2020 tant les difficultés et les épreuves s’accumulent pour les salariés.

En revanche, il est de notre responsabilité syndicale et de nos convictions professionnelles profondes de maintenir l’espoir auprès des salariés du groupe : le combat mené depuis toutes ces années pour défendre l’entreprise et ses salariés lui se poursuit et le SNPCA-CGC vous assure de son plein engagement pour faire cesser la catastrophe industrielle dans laquelle la direction générale fait tout pour nous entraîner.

 

Paris – le 7 janvier 2020

 

 

 

Fermer le menu