France Télévisions n’est pas un jeu de construction dont les salariés seraient les pièces…

Avant que France Télévisions au bord du gouffre et totalement déshumanisée avec ces « espaces ouverts » à tous les niveaux, ne reproduise la fin  des années 2000 qui a secoué France Télécom.

Le CGC Média a décidé de tirer une première sonnette d’alarme à destination du Président de la République Monsieur Emmanuel Macron concernant ce qui se passe à France Télévisions, probablement à des milliers de lieues de la vision pour l’audiovisuel public voulue pour les années à venir.

« Le respect de votre vie privée est notre priorité » peut-on lire aujourd’hui sur la quasi-totalité des sites sur lesquels se connectent les internautes. C’est une telle évidence. Pourtant, c’est tout le contraire à France Télévisions.

Alors, Monsieur le Président de la République que vous annoncez votre volonté de réformer la télévision publique, personne n’imagine que la politique de déshumanisation que subissent au quotidien les personnels de France Télévisionssoit votre vision de la télé de demain !

Étendre à tous les secteurs d’une entreprise, cette politique de l’«open space » censée soi-disant fluidifier la communication tout en rapprochant les salariés, c’est en réalité la tuer à petit feu. Les discussions électroniques par mail et messagerie instantanée deviennent la règle, au détriment des conversations en face à face.

Sans parler de l’argent gaspillé à chaque déménagement estimé à un demi millions d’euros à chaque fois, entre démontage, remontage et repositionnement le tout sur plusieurs semaines alors même que le Pays et les entreprises publiques sont tenus à des économies.

Demain, si personne n’y prend garde, les salariés ne disposeront plus d’un bureau attitré –  pratique nommée, en bon français, le “desk sharing” –  où le principe est de ne plus avoir “son” espace personnel et figé dans l’entreprise mais de pouvoir s’installer dans plusieurs endroits, en fonction de ses besoins !

« Derrière cette ambiance cool, se cache une violence dans les relations au travail et un isolement de chacun sur son projet »écrit Thomas Zuber, consultant et co-auteur de L’open space m’a tuer, (Editions Hachette Littérature).

Comme nombre d’études en la matière, il y recense nombre de ce qui se révèle dans les bureaux ouverts.

Nuisances:  le bruit en étant la principale. Dans un « open space », on voit et on entend beaucoup de choses. Trop parfois. Sonneries des téléphones fixes, des portables, rugissement de l’imprimante, musique des uns, forts décibels des autres… Sans oublier ceux qui hèlent leur collègue situé à l’autre bout du plateau. Viennent après les problèmes de climatisation et d’éclairage…

Au final, ce dangereux cocktail où chacun finit par parler de plus en plus fort, devient une véritable cacophonie que les salariés qui y travaillent sont de plus en plus nombreux à vivre … mal.

 

Voir l’article de la CGC Média sur son blog:

Avant que France Télé au bord du gouffre et totalement déshumanisée avec ces « espaces ouverts » ne reproduise la fin des années 2000 qui a secoué France Télécom.

Fermer le menu