La CGC et l’UNSA ensemble pour empêcher que Malakoff devienne un laboratoire expérimental pour France Télévisions !

La CGC et l’UNSA sont réunies pour empêcher que Malakoff devienne un laboratoire expérimental pour FTV !

Les réponses aux élus du dernier CE-Siège des 19 et 20 septembre dernier de la direction du Pôle Outre-mer lors du point sur France Ô, sont très loin d’être rassurantes concernant l’avenir des salariés de la chaîne des Outre-mer !

La seule chose que Walles Kotra (le DG) garantit, c’est que l’activité de France Ô devrait se poursuivre jusque fin juin 2019. Après ? C’est le brouillard ou plus exactement l’opacité la plus totale ! (Au moins dans le brouillard, on y voit encore à quelques mètres !)

A partir de juillet 2019, plus aucune visibilité… Ce ne sont pour l’heure que vœux pieux et bonnes intentions. La Direction du Pôle Outre-mer, en lien avec Takis Candilis le numéro deux chargé des programmes – c’est ce qu’elle prétend – a beau dire qu’elle continue de travailler sur le sujet et vouloir rassurer sur sa capacité à se mobiliser… elle ne rassure personne, lorsqu’elle annonce qu’un cabinet conseil (un de plus et à quel tarif) est chargé de réfléchir et est mandaté pour auditionner une quinzaine de salariés de Malakoff ?!? Son objectif : recueillir les propositions et les souhaits des salariés pour construire l’après- France Ô.

Décidément France Télés a toujours de l’argent quand il s’agit de faire travailler des prestataires extérieurs et jamais quand il s’agit de salariés du groupe !

La Direction du Pôle Outre-mer serait-elle donc en panne de bonnes idées pour l’après France Ô ? Quel après ? Et pourquoi faire ? (Cf. le rapport parlementaire rendu sous la houlette de la Députée Frédérique Dumas qui prenant l’exemple anglais de BBC 3, précisant qu’une chaine qui bascule sur le Web abandonnant sa diffusion hertzienne perd 85 % de ses téléspectateurs).

La CGC et l’UNSA qui en ont bien conscience, ne laisseront en aucun cas un tel scénario se dérouler, n’en déplaise à certains.

Le problème est bien évidement plus profond car faire de la télé et de la radio, le Pôle Outre-mer en a l’habitude entre France Ô et les 1eres. Même si on peut toujours faire beaucoup mieux !

Non, le problème : c’est le numérique ! Vous s