Les salariés du CDE de France Télévisions ne veulent pas être les cobayes des expérimentations de Delphine Ernotte avant son départ.

Les salariés du CDE de France Télévisions ne veulent pas être les cobayes des expérimentations de Delphine Ernotte avant son départ.
La colère monte chez les salariés du CDE de France Télévisions – Centre de Diffusions et d’Echanges FTV – dont les conditions de travail en cette période de crise sanitaire, se détériorent à la vitesse grand V.
La direction profite comme dans certains autres secteurs d’ailleurs, d’une organisation qu’elle prétend provisoire mais qui a, en réalité toutes les allures d’une discrimination rampante dans les équilibres du temps de travail qui va de pair avec l’absence de communication sur la stratégie de l’entreprise d’un déconfinement progressif et d’une reprise des organisations du temps de travail sécurisant la diffusion des antennes.
Alors qu’un projet de méthode, était élaboré dans la perspective d’une possible mutualisation des diffusions, certains collaborateurs ont en effet eu la désagréable surprise de découvrir un plan fallacieux visant à une planification mutualisant les ressources sur les différentes régies du siège.
Les collaborateurs de CDE qui ne veulent en aucun cas être les cobayes d’une mutualisation qui n’a toujours pas reçu l’avis des instances représentatives ni l’aval de la tutelle, demandent à ce que cette planification ne soit pas mise en œuvre surtout sous le couvert d’une crise sans précédent qui impacte d’ailleurs la totalité des collaborateurs de FTV.
Fermer le menu