Quand c’est flou, c’est qu’il y a un loup ! »

Quand c’est flou, c’est qu’il y a un loup ! »

Les débuts d’année sont toujours l’occasion de souhaiter un tas de bonnes choses !   Quels vœux former pour France Ô en ces premiers jours de 2020 ? Probablement aucun car pour l’heure, la seule chose qui paraît sûre : c’est que ce sera l’année la plus courte pour la chaîne condamnée par la direction de France Télévisions avec un enterrement… dans la plus stricte intimité. Histoire sans doute d’éviter que l’on fasse trop de bruit ce jour-là – ce 9 août 2020 – une date à cocher en noir. Et à propos du 9 août : le SNPCA-CGC le réaffirme : quelle honte !

Les salariés de l’établissement de Malakoff ont découvert cette date dans la presse, et non en interne. Une gifle de plus après l’annonce de l’arrêt de la chaîne ! D’autant plus, comme ne cessent de le répéter le SNPCA-CGC et l’UNSA : Ni le gouvernement, ni le ministère de la Culture, ni les députés, ni les sénateurs n’ont demandé de l’arrêt de la chaîne;, nulle part il n’est mentionné l’arrêt de France Ô !!! A AUCUN MOMENT ! Dans aucun document ! Il est simplement demandé dans les documents « officiels » l’arrêt de la diffusion hertzienne de la chaîne des outre-mer ! Uniquement l’arrêt de la diffusion sur la TNT au profit d’une diffusion sur le net…

Qui a donc pris cette décision d’enterrer définitivement France Ô ?

« Illégale ! »…

Réponse : la direction de France Télévisions ! Qu’on se le dise !

Or, comment cette même direction de FTV peut elle décider d’elle même de la fermeture de France Ô (comme de France 4 !) ? Cette décision, dans le cadre d’un groupe public, revient à la tutelle et à elle seule !

Des lors, cette décision de fermer France ô et France 4 en interne ne peut être prise hors cadre légal. D’autant moins qu’une réforme de l’audiovisuel public est programmé par le gouvernement. Un projet de loi qui doit redessiner entre autre l’avenir de France TV. Si cette décision interne venait à être mise à exécution le 9 août ou une autre date, hors cadre législatif, elle deviendrait alors purement et simplement ILLÉGALE !

« Plateforme numérique »…

Si la direction de FTV maintient sa décision unilatérale : quel avenir donc pour les salariés de la chaîne des Outre-mer ? Pour les salariés de l’établissement de Malakoff.

Faites le tour des étages et quasi-unanimité à moins de 7 mois de cette date fatidique ? « On ne sait pas ! Et toi, tu sais ? Et vous les élus, vous êtes au courant ? »

Réponse : « Mystère ! »…

Ah si : en fait, tout le monde sait : la plateforme numérique. LA FAMEUSE PLATEFORME NUMÉRIQUE ! Une plateforme qui démarre le 30 mars. Du moins, c’est ce qui se dit dans les étages. « Mais c’est quoi cette plateforme ? Que va-t-on y faire ? » entend on a tous les étages du 35 rue Danton à Malakoff.

Là encore : « mystère !»

J-68 ! (68 dodos avant lancement, comme diraient des parents à des petits !) et pas grand-chose à imaginer, pas de certitudes, au contraire : beaucoup de questions, beaucoup d’interrogations ! Quoi ? Comment ? Avec qui ? Dans quel but ? Pour quels publics ?

C’est flou… Et comme le dit l’adage : quand c’est flou, c’est qu’il y a un loup ! Lequel ?!?…

« 10ième station »…

Dernier soucis, et pas des moindres la encore : La 10ième station : c’est la rengaine de la nouvelle direction du Pole outre-mer : Malakoff va devenir une station comme les autres.

« Ah bon : comme les autres ?!?… »

Vous connaissez une station sans Antenne ? Sans Radio ? Qui ne fonctionnerait qu’avec une plateforme numérique ? Nous, au SNPCA-CGC et à l’UNSA, on n’en connait pas !

Les stations 1ères ont en commun d’être installées sur un territoire et de servir sa population.

Elles sont toutes tournées autour de leur mission locale, régionale.

A contrario : Malakoff remplit des missions bien spécifiques eu égard à son histoire et son positionnement : d’abord de servir de passerelle entre les ultramarins d’outre-mer et ceux de l’hexagone. Or, cette mission est de moins en moins visible ! Un comble alors que le territoire métropolitain est le plus grand territoire ultramarin de France ! Non pas régional, mais national (voire international avec des missions particulières – au service de tourtes les stations.

Une passerelle entre les stations des 1ères et le reste de FTV

Une passerelle entre FTV et les stations des 1ères.

Un rôle d’agence

Un rôle de diffuseur international.

Un rôle de visibilité nationale…

Difficile pour l’établissement de Malakoff d’être une station miroir parce qu’elle n’a pas les mêmes attributions, les mêmes missions, les mêmes devoirs et les mêmes moyens.

Quid par exemple des missions dévolues à la rédaction de France Ô de fournir des ETP (équivalents temps plein) aux stations ? De financer des productions, des événements, des missions ?

Cadrée et contingentée demain, ces missions ne seront plus possibles. Et les stations des 1ères n’auront plus qu’à dénigrer l’établissement de Malakoff pour dénoncer son manque de contribution et de coopération.

Il y a urgence sur ce dossier à ne pas se précipiter et à réfléchir ensemble à la bonne option pour à la fois permettre une meilleure gouvernance de l’établissement de Malakoff tant au service des stations que du reste de FTV !

Beaucoup de flous donc en ce début d’année pour les personnels de France Ô et de Malakoff.

« Lever le flou ! »…

Décidément, 2020 commence dans la douleur et l’angoisse pour la plupart d’entre nous !

Comment apporter du positif, de l’espoir, de la confiance ?

C’est votre rôle, mesdames et messieurs de la Direction. C’est votre mission ! Il en va de votre responsabilité pour permettre au navire RFO dans lequel nous sommes embarqués à non seulement ne pas chavirer mais surtout avancer en suivant le bon cap : celui de servir la nation dans une mission de service public d’information, d’éducation et de divertissement !

Ce sera la seule manière de lever cet épais brouillard sur notre route, de rendre notre avenir moins flou et surtout plus joyeux après ces dernières années particulièrement difficiles et éprouvantes…

Malakoff : le 22 janvier 2020.

Fermer le menu