Emmanuel Macron attendra la fin août pour démarrer le démantèlement de la télé publique par les outremer.

Emmanuel Macron attendra la fin août pour démarrer le démantèlement de la télé publique par les outremer.

« Elle a été maintenue pour ça et pour tuer la télé publique, dans des conditions que tout le monde connaît à présent et qui sont effectivement la honte de la République » assène ce professionnel de l’audiovisuel à propos d’Ernotte qui fermera France Ô le 31 août 2020 !

« Après des mois de tergiversation au sommet de l’État, Roselyne Bachelot a tranché »  écrivait hier Le Parisien, ajoutant « Lors de sa nomination rue de Valois début juillet, la ministre de la Culture avait promis une décision rapide sur ce dossier brûlant. Elle devrait officialiser son arbitrage en milieu de semaine. Selon nos informations, la ministre a décidé que France Ô cesserait finalement d’émettre à la fin du mois d’août… »

La Télé numérique des Outremer canal 19 de la TNT sera donc la première sacrifiée par le Pouvoir politique en place contrairement aux engagements que prenait publiquement Emmanuel Macron En avril 2017.

« France 4 aura pour sa part un sursis d’un an environ…. »La situation devenait ubuesque. Elle se clarifie enfin. Les chaînes publiques France 4, consacrée à la jeunesse, et France Ô, celle des Outre-mer, devaient s’éteindre définitivement ce dimanche 9 août, suite à une décision datant de 2018. Une date de fermeture qui n’avait pas été choisie par hasard : cela devait être celle de la cérémonie de clôture des Jeux olympiques de Tokyo. La manifestation sportive planétaire, reportée en raison de la pandémie du Covid-19, devait être diffusée sur l’ensemble des chaînes du groupe France Télévisions, France 4 et France Ô inclus » écrit encore Le Parisien qui précise « France 4 gagne un an de sursis. Sauf énième rebondissement, cette dernière devrait donc s’éteindre à l’été 2021″

Le Covid-19 aurait changé la donne !  « Tu parles » peste ce salarié désabusé !


« Au point de faire changer d’avis les parlementaires de tous bords politiques, qui ont bataillé pour sauver le soldat France 4.
Une vision partagée par la nouvelle ministre. « Le service a été remarquable, avec ses programmes jeunesse pendant la crise, parce que tout le monde n’a pas des outils numériques », s’était enthousiasmée Roselyne Bachelot » indique le titre de Presse.

Dire qu’il y a peu, celle qui brigue aujourd’hui la présidence du groupe LaREM à l’Assemblée nationale et qui a un avis sur tout mais a surtout un avis comme aurait dit Coluche, faisait voter en commissions le rejet de l’ensemble des amendements susceptibles de maintenir France 4 (voire France Ô) pour faire mine de s’indigner ensuite.

La versatile rapporteure de la loi, Aurore Bergé était même aller jusqu’à avancer l’argument qui tue « L’insupportable inégalité d’accès dans les territoires de la République »,

« L’actuel Chef de l’État considère sûrement qu’il n’aura pas besoin du million d’électeurs d’Outremer en mai 2022 » lance ce fin politique qui en mai 2017 y croyait encore  mais constate amèrement qu’à l’été 2020 la mayonnaise ne prend plus.

Fermer le menu