Roch-Olivier Maistre pourrait très vite apprendre que la “vérité ne s’arbitre pas” pas plus qu’elle ne se fabrique…elle se révèle.

Roch-Olivier Maistre qu’Emmanuel Macron a nommé l’an dernier à la présidence du CSA en remplacement d’Olivier Schrameck, vient de donner une interview à L’Opinion qui n’a franchement aucun intérêt sauf de tenter vainement de se faire mousser.

Est-ce le Covid-19 dont il a tweeté qu’il avait été testé positif comme d’ailleurs il likait sans réserve aucune les nominations d’Ernotte faites en plein processus de désignation à la présidence France Télés, qui lui fait perdre tout sens commun ou bien a-t-il besoin après cette risible mise en scène qu’on parlât de lui pour essayer de faire diversion?

La vie est somme toute pleine de coïncidences – chacun le sait – mais c’est au moment où la Justice devrait être très vite saisie comme elle l’a été et l’est toujours depuis cinq ans, concernant les conditions de l’invraisemblable parachutage de l’ex-Orange à France Télés en 2015 sous la présidence Schrameck au CSA, que L’Opinion (*) publie une enquête sur “Qui pourrait être arbitre de la vérité “?!

Roch-Olivier Maistre y déclaré entre autre « La responsabilisation des opérateurs peut passer par des obligations de moyens et de transparence, placées sous le regard d’un tiers indépendant : le régulateur »

La transparence, c’est bien de cela dont il est qu’est question. Le successeur de Schrameck à la tête du CSA devrait donc lui aussi s’expliquer sur cette nouvelle mascarade qui s’est déroulée en juillet dernier, pourra donc très prochainement pouvoir le faire s’agissant entre autres de l’éviction qu’il affirmait “légale” sous prétexte de “conflits d’intérêts”  d’un des membres du CSA dans le processus de nomination à la présidence de France Télévisions.

En effet, après le moment de sidération qui a suivi ce grotesque et vain écran de fumée destinée à faire avaler toutes les couleuvres possibles, notamment avec le truc du tirage au sort pour l’ordre de passage organisé, selon nos informations, en dehors des règles habituelles (entre autres la présence d’un huissier), celui que les collaborateurs de l’instance de régulation portent encore moins dans leur cœur que son prédécesseur, va justement avoir l’occasion de mettre en avant la transparence qu’il prône et d’être “l’arbitre de la vérité “  comme le titre de presse le présente !

Roch-Olivier Maistre « arbitre le la vérité » rien que ça !! 

Il devrait très vite apprendre * redisons-le – que que la “vérité ne s’arbitre pas” pas plus qu’elle ne se fabrique…elle se révèle.

Il devra par exemple dire pourquoi sa décision d’écarter Hervé Godechot était légalement différente de celle qui ne faisait pourtant aucun obstacle à ce que des ex-salariés de France Télés nommés au CSA prennent part aux décisions comme, entre autres, Mémona Hintermann-Afféjee en 2015 qui s’exprimait et prenait part au vote avec pourtant cette même loi de 2013 !

La vérité dans ce nouvel et consternant remake d’il y a cinq ans, c’est la Justice qui l’a mettra en lumière pas quelque  énarque en mal de publicité ou tel ou tel passeur de plats qui n’ont pas grand chose à faire des Français et encore moins de ces moutons de payeurs qui n’ont qu’à croire ce qui leur est servi !

(*)

Fermer le menu